JNP c'est quoi ?

Il s'agit des ... Journées Nationales Prison
Chaque année, fin novembre, les associations et aumôneries impliquées dans l'univers pénitentiaire, réunies dans le GNCP (groupe national de concertation prison), organisent diverses manifestations autour d'un thème d'année.
Pour connaître les organisations nationales concernées, ainsi que leurs valeurs communes, cliquer ici.

Voir à la page suivante la présentation des JNP en 2017.

Pour la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, depuis de nombreuses années, c'est l'ASF qui assure la fonction de GLCP (groupe local de concertation prison). 

Ci-dessous quelques réalisations des années précédentes :
---------------------------------------------------------------------
2016 : Les 23èmes JNP avaient pour thème : Prison, vivre enfermé


Dans l’esprit de la plupart de nos concitoyens, la peine de prison reste encore aujourd’hui la peine de référence. Beaucoup, si l’on en croit les divers sondages à ce sujet, semblent même aspirer à des peines de prison “plus sévères”, “plus longues”. Si cette opinion est largement répandue, alors même que les chiffres démontrent l’inefficacité de l’allongement des peines sur la prévention de la délinquance et de la récidive, c’est que la peine de prison reste abstraite et difficile à appréhender. Pourtant, l’enfermement est bien une peine en soi pour l’individu qui la subit.
Informer le grand public et amener une réflexion sur ce thème doit permettre d'approcher la réalité de la peine privative de liberté, à tous les niveaux, du plus matériel au plus profondément existentiel, afin d’ouvrir le débat sur l’usage de la prison et sur la possibilité de sanctionner autrement.

---------------------------------------------------------------------
2015 : Les 22èmes JNP avaient pour thème :
Pour aller plus loin, télécharger le dossier complet en cliquant ici
-------------------------------------------------------------------
2014 : Les 21èmes Journées Nationales Prison ont eu lieu du 24 au 29 novembre 2014sur le thème : "Des murs et des Hommes"
Les murs marquent la frontière entre la prison et notre société. 
Tout en rendant 'visible' la peine, ils dissimulent à la société - ils nous dissimulent - ce qui se passe réellement à l'intérieur des prisons.
Ces JNP 2014 ont permis :


D’INTERROGER la place des lieux d’enfermement dans la société, d’un point de vue géographique et symbolique ;
D’INTERROGER l’impact des murs (réels ou des obstacles organisationnels) sur la vie en prison : Quelle organisation de vie dans une collectivité fermée ? Comment permettre l’exercice de libertés qui n'ont pas été retirées par la condamnation ? ;
DE METTRE EN ÉVIDENCE l’importance de la manière dont on construit les prisons : il faut penser la vocation des murs de prison à accueillir des hommes pour créer une architecture adaptée ;
DE POSER LA QUESTION du respect de la dignité de la personne incarcérée. En effet, des conditions indignes de détention alourdissent la peine ;
D’INFORMER le public sur la réalité des prisons en 2014, des nouvelles prisons aux plus anciennes, à partir de nos expériences ;
et enfin, de FAIRE COMPRENDRE que la prison n'est qu'une peine parmi d'autres, et que même hors les murs, il y a des peines exécutées. 
Pour aller plus loin, télécharger le dossier complet en cliquant ici
---------------------------------------------------------------------
2013 : Les 20èmes JNP avaient pour thème :
La santé à l'épreuve de la prison ?


5 problématiques parmi les plus importantes :
·         Continuité des soins,  accès aux droits
·         Troubles psychiatriques
·         Handicap et vieillissement en détention
·         Mort et suicides
·         Conséquences des conditions de détention sur la santé


Une soirée publique d'information et de débat s'est tenue le mardi 26 novembre, à l'espace Jean Wiener à Fleury-Mérogis.
Deux intervenants connaissant parfaitement le contexte, le médecin-chef de la prison et un psychologue, ont su éclairer le public nombreux et motivé.

---------------------------------------------------------------------
2012 : Les 19èmes Journées Nationales Prison se sont tenues du 24 au 30 novembre, sur le thème :
Prison, ce n'est pas la peine d'en rajouter

Toujours plus ! Là n'est pas la solution !
Les surenchères de toutes sortes sont nuisibles : toujours plus de places de prison, plus de personnes détenues, plus de motifs d'incarcération, plus de sévérité pour la longueur des peines, plus de réticences pour l'aménagement des peines, plus...
Pour connaître les animations mises en oeuvre en 2012 autour de la Maison d'Arrêt de Fleury-Mérogis, cliquer ici
---------------------------------------------------------------------
2011 : La prison, entreprise d'insertion ?

Il s'agissait de mettre en débat la mission de réinsertion sociale assignée à la prison : formations professionnelles, programmes d’enseignement, activités culturelles et travail.
Les 18èmes JNP (Journées Nationales Prison) se sont déroulées, un peu partout en France, et bien sûr aussi à Fleury-Mérogis :
Vous pouvez vous informer simplement sur l'animation qui était mise en place à la Maison d'Arrêt de Fleury-Mérogis : pour cela téléchargez le descriptif en cliquant ici
Pour en savoir plus sur les problématiques concernées par le thème, cliquer ici

Les familles en attente de parloir pouvaient s'exprimer : ci-dessous synthèse de leurs réponses aux questions qui leur étaient posées sur la réinsertion :


------------------------------------------------------

2010 : Prison : la dernière grande muette ?

Si la peine de prison emporte privation de la liberté d’aller et de venir, elle n’affecte pas, en principe, la liberté d’expression. Pourtant, même si l’interdiction de parler n’y est plus en vigueur, la prison réduit encore au silence celles et ceux qu’elle enferme. La liberté d’expression, droit fondamental reconnu comme tel par la Constitution française et la Cour européenne des droits de l’Homme, fait parfois pâle figure derrière les murs des établissements pénitentiaires : Absence de droit d’association, difficultés pratiques à mettre en œuvre le droit de vote, limitations des correspondances écrites et téléphoniques, interdiction de signer la moindre pétition…
------------------------------------------------------